Littoral de la côte Ouest de Vias Plage : des mesures pour rétablir le fonctionnement naturel du littoral et expérimenter la relocalisation des activités et des biens


Le littoral de la côte ouest de Vias-Plage est concerné par plusieurs risques :

• Une côte sableuse particulièrement concernée par l’érosion: entre 2001 et 2015, le taux moyen de recul à l’échelle de la cellule sédimentaire Orb-Hérault s’élève à 1,35 mètre par an avec des taux les plus importants de 2 à 2,5 mètres par an
• Submersion marine: les coups de mer se produisent surtout lorsque le secteur est moins occupé pourtant le coup de mer de 2014, à quelques jours de la fermeture des campings, nous alerte sur l’impact
• Inondation: la côte ouest est recouverte par les crues venant du delta Orb, le Liron, et le canal du Midi
• Les risques d’incendie et le manque de sécurité dû à la forte fréquentation alors que le réseau viaire n’est pas adapté
• La pression sur la ressource du fait de l’activité touristique forte et des effets du changement climatique

Ce littoral se situe dans la cellule sédimentaire « Orb Hérault », l’évolution du risque érosion se propage vers l’ouest menaçant le littoral de Portiragnes plage, Sérignan et Valras.

• L' action entreprise pour rétablir le fonctionnement naturel du littoral répond à un enjeu d’adaptation au changement climatique. Il s'agit :

- d'aménager le littoral en rétablissant un fonctionnement naturel pour permettre la circulation et le stockage des sédiments dans les dunes, limiter le phénomène d’érosion, avoir un profil (barres avant côte, plage et dune calée à 4m NGF) qui amortira mieux les coups de mer, y compris avec l’élévation du niveau de la mer

- de gérer la vulnérabilité du territoire face aux inondations et à la concomitance avec la mer
- de maîtriser la pression sur la ressource en eau (nappe de l’Astien et articulation avec les bassins versants voisins)

• Ce plan de restauration a été décidée dans le contexte suivant :

Vias est la 2° station de France en capacité d’hôtellerie de plein air. 31 CAMPINGS surtout du haut de gamme (environ 32.000 lits)

Le secteur de la côte Ouest présente des enjeux sociologiques et économiques importants Son occupation a commencé à l’époque de la mission Racine, cette coupure verte entre Canal du Midi et littoral est de plus en plus occupée par des constructions légères totalisant 25 000 personnes en saison :
• 3000 parcelles cabanisées (soit la moitié du Languedoc Roussillon),
•  14 campings , les mobil home ont remplacé les tentes
• 120 familles à l’année: volontaire ou captif d’un mode d’habiter à moindre coût

Le PPRI intégrant la submersion marine validé en 2014 et l’inscription de ce site dans le TRI « Béziers Agde » rappellent que ces enjeux sont menacés, il convient d’agir à court et moyens terme pour préparer la résilience de ce territoire

La problématique de la ressource en eau est très forte sur notre littoral à forte activité touristique, la pression sera ‘autant plus forte avec les effets du changement climatique.

De nombreuses contraintes réglementaires bloquent la bonne gestion de la côte ouest: le classement de ce secteur en « espace naturel » dans les documents d’urbanisme, l’application de la Loi littoral et du PPRI, la règle de la « prescription » nous empêchant de gérer les irrégularités

Ce littoral est constitué de poches de plages et d’enrochements (d’abord mis en place sur des parcelles privées et maintenant en contact avec la mer) qui accentuent le phénomène d’érosion
Prendre en compte la disponibilité des ressources dans l’aménagement du territorie
Sensibiliser les acteurs aux risques et à leurs évolutions, aux effets du changement climatique et mettre en place la gouvernance adaptée

• Cette action bénéficie d’un portage politique fort :

La maîtrise d’ouvrage est assurée par l'agglo Hérault Méditerranée, son Président Gilles d’Ettore est le garant de ces actions. Il est secondé par M. Dartier maire de Vias directement concerné et Mme Chaudoir Maire de Portiragnes et vice-présidente à l'agglo, déléguée à l’environnement.   
Les élus du Conseil Régional et Départemental accompagnent ces démarches par leur financement et l’enrichissement de leurs connaissances.
Le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie en charge de l’appel à projet national

• Les moyens (humains, financiers, techniques…) déployés pour mettre en place cette action :

Au sein de la CAHM, un responsable du projet, la responsable du pôle développement durable au sein de la direction aménagement du territoire. Le directeur de cabinet et le service communication.
Les services de la DDTM SATO et de la sous-préfecture de Béziers sont fortement impliqués
Par convention avec la SAFER et l’EPF et l’implication de la mairie de Vias pour la gestion du foncier
L’équipe d’AgroparisTech pour la gestion patrimoniale et l’équipe pluridisciplinaire d’Obras pour le plan guide
Les coûts :
Phase 1 : 30,5 M€HT pour les études, acquisitions foncières et réalisation des travaux de reconstitution du littoral
Phase 2 : 705 000 € Ht d’études

• De nombreux partenaires sont mobilisés pour concevoir/mettre en œuvre cette action :

Le comité de pilotage pour la phase 1 : Sous-préfecture, Services de l’État (risques, urbanisme, écologie et juridique), Conservatoire  du Littoral, SAFER, Chambre de Commerce et d’Industrie de Béziers, Fédération de l’Hôtellerie de plein air, France domaines, Conseil Départemental, Région,  collectivités
Phase 2 : Bureaux d’études AgroParisTech (audit patrimonial) et Cabinet Obras (plan guide)
Services de l’État (risques, urbanisme), Conservatoire du Littoral, Établissement Public Foncier, CCI de Béziers, Conseil Départemental, Région, collectivités, acteurs du territoire (résidents, habitants, professionnels)

• Le calendrier de mise en œuvre de l’action

2003-2005 : étude générale à l’échelle de la cellule sédimentaire « Orb Hérault » définit les options d’aménagement à moyen et long terme à réaliser sur le secteur de la côte Ouest de Vias.
2005-2015 : Les études de maîtrise d’œuvre, dossiers et procédures réglementaires sont réalisés jusqu’en 2013. Les travaux sont mis en œuvre en 2015 après avoir épuré les recours
2012-2015 : candidature à l’appel à projet national « « Relocalisation des activités et des biens littoraux : recomposition spatiale des territoires menacés par les risques littoraux», lancé par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie. Réalisation de la démarche de gestion patrimoniale aboutissant à la charte patrimoniale signée en février 2015.
2016-2020 : Finalisation de la phase 1 (études et programmation des travaux), mise en place de la gouvernance et élaboration du plan guide (phase 2)

• Les résultats en termes d’adaptation au changement climatique et les bénéfices concrets de cette action :

L’aménagement du littoral a été défini dans le cadre d’études répondant aux orientations de la stratégie nationale de gestion du littoral. Des modèles ont été mis en place pour prévoir l’évolution du littoral selon les scénarios d’aménagement et en prenant en compte l’évolution du phénomène d’érosion et l’élévation du niveau de la mer

Le rétablissement partiel du cordon a déjà permis de diminuer les impacts des coups de mer sur les campings en côte ouest de Vias et sur Portiragnes. À terme, la normalisation du fonctionnement de la cellule sédimentaire permettra de limiter les effets de l’érosion sur Vias et sur les communes littorales jusqu’à l’embouchure de l’Orb et de ce fait les risques pour les biens, les personnes et les activités.
À terme, la restauration d’un cordon dunaire, stabilisé par les ganivelles et canalisé du point de vue de la fréquentation touristique, permettra le développement d’un habitat accueillant pour les espèces dunaires ainsi que la restauration d’une continuité écologique littorale mise à mal par les enrochements et les habitats.

La création du cordon dunaire a d’ores et déjà permis de reconstituer un espace balnéaire et un sentier littoral accessible à tous: l’augmentation de la fréquentation observée en 2015 justifie d’ailleurs la création d’un poste de secours sur le secteur.

Les aménagements réfléchis dans le cadre du plan guide amèneront à une amélioration du cadre de vie (services à implanter pour la saison, cheminement et espaces de balade en arrière dune), sécurisation des habitants

La reconstitution du cordon dunaire programmée jusqu’en 2020 avec une durée de vie d’une dizaine d’année permet de se donner le temps pour la relocalisation des activités et des biens qui deviendra nécessaire du fait de l’augmentation de la vulnérabilité sur le territoire de la côte ouest de Vias. Le plan guide doit prévoir les aménagements au regard de plusieurs échelles de temps et d’espace. Dans un premier temps il s’agit de définir les règles et formes des habitats possibles au regard du risque dans ce secteur. L’évolution de la vulnérabilité doit dans un second temps déclencher la relocalisation des activités et des biens.
La gouvernance mise place accompagnera cette gestion adaptative.

• Les clés du succès de cette action dans le cadre de l’appel à projet :

L’appel à projet national a permis d’élargir l’échelle de réflexion : du trait de côte à la côte ouest dans son ensemble.
Notre démarche laisse la place à l’expérimentation : le contexte réglementaire étant totalement bloquant (loi littoral, PPRI, documents d’urbanisme), il est nécessaire de construire un projet, en définir les avantages pour le territoire en prenant en compte le changement climatique et de voir dans quelle mesure nous pouvons faire évoluer les règles
La priorité à la gestion patrimoniale et co-construction : l’implication de nombreux acteurs et le temps laissé aux échanges, à la réflexion, à l’observation
Une gouvernance sera mise en place pour gérer le projet dans la durée.

Consultez les
PRÉVISIONS MÉTÉO

Aujourd''hui :

QUALITÉ DE L'AIR